Le Jazz et la Diva

Créé par: Didier Lockwood

Divertissement Musical

Mise en scène: Alain Sachs
Avec la complicité de Catherine Chevallier.

Lumières: Philippe Quillet
Costumes: Zélia & Chantal Lallement

Interprètes: Caroline Casadesus, Didier Lockwood, Dimitri Naiditch.

Alain Sachs:

Existe-t-il, pour combler nos insatiables appétits romanesques, de plus belles histoires que les histoires d’amour? Existe-t-il, pour nous toucher au plus profond de nous-mêmes, un art plus universel que la musique? Existe-t-il enfin, pour nous faire rêver et chavirer, plus lumineuse idée, que celle de fondre et confondre amour et musique en un seul et même spectacle? Une idée toute simple, mais qui pour aboutir, a dû emprunter un chemin tout aussi secret qu’improbable…

Au commencement, il y eut la rencontre entre deux êtres d’exception, Caroline et Didier. Une alchimie secrète et privée entre un homme et une femme, entre deux artistes d’une absolue rareté. Elle venait du classique et lui du jazz. Elle semblait sage et lui déjà très rebelle. Une nouvelle version de La Belle et La Bête? Ce qui est sûr, c’est que rien ne prédisposait ces deux virtuoses aux cultures antinomiques un tel mariage des sens. Ensuite, il a fallu qu’une petite dizaine d’années de vie commune s’écoule, durant lesquelles, chaque anniversaire de mariage, le Seigneur offrit à sa Dame une musique pour accompagner de belles paroles de notre Littérature glanées ici ou là. Ce sont des choses qui ne s’inventent pas. Puis il y eut hypnoses, ce flamboyant album, sans doute pour commencer à lever un certain voile Et puis enfin, il y a très peu de temps, il y a eu cette rencontre où tous deux m’ont exprimé ce souhait qu’ils avaient de prolonger l’aventure sur scène, mais sous des formes musicales variées, impliquant selon les cas la présence ou non de Didier.

En vérité, il ne m’a guère fallu plus d’une heure pour les convaincre, que bien évidemment, je n’imaginais aucune autre formule possible que celle de les associer toujours, afin d’offrir chaque soir au public, sans aucune réserve, toutes les composantes de leur incroyable vie. Ceci afin d’en faire un spectacle digne de l’extraordinaire vibrato qui unit ces deux êtres, ces deux électrons libres au caractère aussi impétueux et fantaisiste l’un que l’autre. Devant leur enthousiasme, j’ai alors compris que seule une certaine pudeur tout fait légitime les avait jusque là fait hésiter à franchir le dernier pas. Et aujourd’hui, j’ai donc la chance incroyable de pouvoir rêver un très grand et beau spectacle plein de petites et grandes émotions, simples, fortes, nécessairement intimes et proche de l’épure. A commencer par le choix dune configuration musicale qui aille l’essentiel et la quintessence. D’où la furieuse envie que nous avons eue de se reposer entièrement sur la fulgurance du talent de Dimitri NAIDITCH, qui avec le tempérament explosif et fougueux qu’on lui connaît, ne se contentera sûrement pas de tenir la chandelle…

Prolonger Hypnoses sur scène, c’est avoir le privilège de créer une dramaturgie originale pour voix, violon et piano, dans laquelle le talent et la virtuosité de chacun des trois protagonistes pourront s’exprimer, des formes les plus classiques aux improvisations de jazz les plus audacieuses. C’est enfin pour ces trois solistes d’exception, l’occasion de nous faire partager, au-delà de leur passion pour la musique, leur jubilatoire sens de l’humour et de la dérision.

Didier Lockwood:

Partager la scène avec la femme de sa vie est un privilège, surtout lorsqu’elle est une grande artiste. Ce spectacle réunit tout ce que j’aime: la passion, la grâce, le lyrisme, la profondeur et la richesse du répertoire classique, la spontanéité et la fulgurance potique de l’improvisation, sans oublier l’humour et la tendresse, véritables moteurs de la vie. L’idée de pouvoir embrasser une large palette d’expressions et de styles musicaux en un spectacle me hantait depuis longtemps. Caroline est mon violon, je suis sa voix, elle est ma belle et moi son clochard. Depuis notre premier regard, nous savions que le choc de nos deux cultures était inévitable, il n’y avait que notre amour et la musique de nos émotions pour nous protéger et nous faire jouer enfin la même partition. C’est cette histoire étonnante faites de disputes, de réconciliations, de droleries, autour de deux fortes personnalités qui s’entrechoquent pour pouvoir mieux fusionner que le génial Alain Sachs a choisi de mettre en scène. La cerise sur le gâteau, cest l’extraordinaire pianiste Ukrainien Dimitri Naditch, aussi à l’aise dans le jazz que dans la musique classique, qui virevolte de l’un à l’autre, comme le gardien de notre trait d’union.
A l’image de notre mariage, je serais ravi que ce spectacle donne l’opportunit aux publics du jazz et de la musique classique de se rencontrer enfin, pour partager émotion et plaisir, afin que nous puissions fêter dignement ensemble ces noces.

Caroline Casadesus:

Imaginer un spectacle rassembleur qui met en scène une confrontation de deux cultures différentes, permet de concrétiser une démarche entreprise il y a plus de 10 ans, lors d’une fulgurante rencontre amoureuse et musicale!
Avec une grande sensibilité et un humour décapant, le fantastique Alain Sachs séduit par l’aventure, prête son immense talent pour conceptualiser l’histoire de cette belle rencontre.
Didier Lockwood, qu’on ne présente plus, virtuose incontesté du violon jazz, s’impose aussi aujourd’hui comme un compositeur désormais incontournable.
Alors que certains offrent un bouquet de fleur la femme qu’ils aiment, Didier donne des pages de musique extraordinaires où le lyrisme et la poésie permettent une expression vocale particulièrement émouvante.
Quelle interèprte ne rêverait de chanter un répertoire unique composé sur mesure, dont l’inspiration trouve sa source à la naissance d’une histoire d’amour aussi forte que complexe?
En effet, quand il s’agit d’attirer l’un vers l’univers de l’autre, le dialogue souvent passionnel provoque une vraie mise en danger sur scène comme dans la vie des deux funambules.
Au cour du spectacle, les acteurs trouvent un point d’équilibre autour de quelques mélodies extraites du disque Hypnoses. A bâtons rompus, avec un réel bonheur et le second degré qu’il convient, le duo-duel revisite quelques magnifiques pages du répertoire classique, en passant par les indispensables de la chanson populaire et la magie de la musique improvisée.
L’inégalable Dimitri Naïditch, complice merveilleux, pianiste brillant, capable de passer dun registre à l’autre avec une déconcertante facilité, vient compléter et enrichir un couple pour le moins surprenant, entre violon jazz et voix classique.
En garde!

Laisser un commentaire

You must be Connecté comme / Logged as to post a comment.